Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Discussion en direct Connectez vous pour participer.

Index du forum / Textes longs / C'est nos anciens qu'on assassine !

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45

Vous devez être connecté pour répondre à ce message.
Auteurs Messages
Marcek Posté à 23h40 le 10 May 17
Membre

Messages : 4000
C'est nos anciens qu'on assassine !



Rassurez vous, pas de sang à la une, mais un petit jeu auquel je l'espère ,vous aurez à cœur de participer pour la défense de la langue française et la révérence que nous devons à nos plumes illustres trop souvent écornées par le net...Alors, en piste pour découvrir l'anomalie figurant dans ce premier poème proposé à votre perspicacité !
Allez, un petit indice : comptez vos pieds !


La Fourrure

Je hume en frémissant la tiédeur animale
D’une fourrure aux bleus d’argent, aux bleus d’opale ;
J’en goûte le parfum plus fort qu’une saveur,
Plus large qu’une voix de rut et de blasphème,
Et je respire avec une égale ferveur,
La Femme que je crains et les Fauves que j’aime.

Mes mains de volupté glissent, en un frisson,
Sur la douceur de la Fourrure, et le soupçon
De la bête traquée aiguise ma prunelle.
Mon rêve septentrional cherche les cieux
Dont la frigidité m’attire et me rappelle,
Et la forêt où dort la neige des adieux.

Car je suis de ceux-là que la froideur enivre.
Mon enfance riait aux lumières de givre.
Je triomphe dans l’air, j’exulte dans le vent,
Et j’aime à contempler l’ouragan face à face.
Je suis une fille du Nord et des Neiges, — souvent
J’ai rêvé de dormir sous un linceul de glace.

Ah ! la Fourrure où se complaît ta nudité,
Où s’exaspérera mon désir irrité ! –
De ta chair qui détend ses impudeurs meurtries
Montent obscurément les chaudes trahisons,
Et mon âme d’hiver aux graves rêveries
S’abîme dans l’odeur perfide des Toisons.


La Vénus des aveugles

Ecrit par Renée VIVIEN
Tous droits réservés ©



Marcek Posté à 23h33 le 11 May 17
Membre

Messages : 4000
Très bien trouvé, Violette : en effet le "une" ajoute deux pieds de plus et l'alexandrin n'en est plus un, qui se tord les chevilles à 14 pieds ! Sourire



Marcek Posté à 23h52 le 11 May 17
Membre

Messages : 4000
Poursuivons maintenant avec un délicieux poème d'Edmond Rostand : Le petit chat. J'ai eu la chance cet été d'aller à Cambo les bains, visiter la somptueuse villa Arnaga construite à grands frais par le flamboyant auteur de Cyrano de Bergerac et de Chantecler .Son épouse, la poétesse Rosemonde Gérard y a aussi laissé sa trace d'élégance raffinée. En visitant l'office, j'ai pu photographier un tableau où était écrit le poème que je vous propose. Mais dans le poème ci-dessous , figure une coquillette que vous aurez vite fait de trouver... enfin, vite ... ou pas !




Le petit chat

C'est un petit chat noir effronté comme un page,
Je le laisse jouer sur ma table souvent.
Quelquefois il s'assied sans faire de tapage,
On dirait un joli presse-papier vivant.

Rien en lui, pas un poil de son velours ne bouge ;
Longtemps, il reste là, noir sur un feuillet blanc,
A ces minets tirant leur langue de drap rouge,
Qu'on fait pour essuyer les plumes, ressemblant.

Quand il s'amuse, il est extrêmement comique,
Pataud et gracieux, tel un ourson drôlet.
Souvent je m'accroupis pour suivre sa mimique
Quand on met devant lui la soucoupe de lait.

Tout d'abord de son nez délicat il le flaire,
La frôle, puis, à coups de langue très petits,
Il le happe ; et dès lors il est à son affaire
Et l’on entend, pendant qu'il boit, un clapotis.

Il boit, bougeant la queue et sans faire une pause,
Et ne relève enfin son joli museau plat
Que lorsqu'il a passé sa langue rêche et rose
Partout, bien proprement débarbouillé le plat.

Alors il se pourlèche un moment les moustaches,
Avec l'air étonné d'avoir déjà fini.
Et comme il s'aperçoit qu'il s'est fait quelques taches,
Il se lisse à nouveau, lustre son poil terni.

Ses yeux jaunes et bleus sont comme deux agates ;
Il les ferme à demi, parfois, en reniflant,
Se renverse, ayant pris son museau dans ses pattes,
Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.


In les Musardises, 1911

Ecrit par Edmond ROSTAND Sourire



Sylvain2023 Posté à 06h00 le 12 May 17
Membre

Messages : 601
Bonjour,

Concernant le 1er poème je voulais dire quoi moi, j'y lis 12 pieds au vers en question et que tout est une attitude de lecture ....

à bientôt :-)



Aurorefloreale Posté à 07h10 le 12 May 17
Membre

Messages : 3939
Il y a pourtant des règles définies pour le classique, Sylvain!



Marcek Posté à 10h59 le 12 May 17
Membre

Messages : 4000
Sylvain, pas d'attitude : il faut compter sur ses doigts , comme les enfants !
Je-suis-u-ne-fil-le-du-Nord-et-des-Nei-ges-sou-vent : 14
Je-suis-fil-le-du-Nord-et-des-Nei-ges-sou-vent : 12



Marcek Posté à 11h04 le 12 May 17
Membre

Messages : 4000
Non, Violette, l'erreur n'est pas là ...



Salus Posté à 11h49 le 12 May 17
Membre

Messages : 2067

(ici, petite erreur ! correction p 5)

Dans l'absolu d'une parfaite versification, rien n'est censé empêcher une liaison

Dans la réalité des vers, y compris des plus grands, il en va tout autrement, mais, si des libertés sont prises avec le son, il n'en est jamais ainsi de la métrique.

...Oh la la, ça devient



Marcek Posté à 11h52 le 12 May 17
Membre

Messages : 4000
La recherche est donc relancée !



Salus Posté à 12h14 le 12 May 17
Membre

Messages : 2067
...Oh la la, ça devient impossible de se servir des fonctionalités ; c'est dommage, ça devenait rigolo !
Le site est vérolé, c'est ça ?

(Ici, ça marche un coup sur deux)

Euh ! 'scusez la digression ! (ça remarche)



Sylvain2023 Posté à 12h55 le 12 May 17
Membre

Messages : 601
Bonjour,

Je ne comprends pas bien c'est toi Marcek qui a ajouté une erreur ou était-elle là et tu la soulignes ? moi, le 1er me semble bien ....le 2ème aussi ....

Bonne journée à tout le monde :-)



Sylvain2023 Posté à 13h05 le 12 May 17
Membre

Messages : 601
Bien Maître, Oui Maître ... Mdr



Aurorefloreale Posté à 13h11 le 12 May 17
Membre

Messages : 3939
C'est aussi une évidence , respect au texte de l'auteur !



Sylvain2023 Posté à 13h21 le 12 May 17
Membre

Messages : 601
heureusement que tu es là Aurore je me serais couché idiot ce soir ... :-)



Lo Posté à 14h14 le 12 May 17
Membre

Messages : 1844
J'ai tout lu comme tu l'as écrit Mimi et je n'ai pas entendu d'erreurs de métrique...

[mais question : on parle de pieds ou de syllabes ?]



Vous devez être connecté pour répondre à ce message.

Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45


Il y a actuellement 21 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [62]:
La veuve noire. Licorne. Violette. Rickways. Skywheeler. Jmd. Lo. Franny. Tonindulot. Pierre. Rimatouvent. Machajol. Oxalys. Colline. Evemarie. Maninred. Nostahrj. Lasource. Ann. Muserhode. Saintes. Isa la Bella. Jenesuisrien. Wall. Gerachau. Soleil factice. Marcek. Joa. AR_d_N. Salus. Lucie. Claudel. Mijo. Anemone. Papyrobert. Ottomar. Pilar. Mahea. Catriane. Sylvain2023. Aurorefloreale. Leonard. Arcane. Mickael. Par ma voix. Mona Farbiu. Milo. Coeur de poete . Typique. Caillou7510. Laurent7869. Andre. AlanJoyce. Noiressaim. Bleu Horizon. Joailes. mandarine. Maitia. F.Lo. Licrone. Lanter. Mathilde.

LES DERNIERS MEMBRES INSCRITS :
Aristote. Mathilde. Lili95. Mandarine. L_homme_regarde. Lanter. Licrone. Le fou. Hannah. Colfeau. Vincentcros. Lou-guit. FranckLPSME. F.Lo. Nazca. Le Corbeau Noir. Novembre a Paris . Pivoine. 5g. Mousquetaire.

********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924