Connectez-vous pour participer          Identifiant perdu     S'inscrire   

Lespoetes.net, la poésie sur internet.

       


Masquer
Discussion en direct Connectez vous pour participer.

Poète précédent: Paul VERLAINE Paul VERLAINE

 

Guillaume APOLLINAIRE Poète suivant: Guillaume APOLLINAIRE






Théophile GAUTIER



Prénom: Théophile
Nom: GAUTIER

Né(e) en : 1811
Mort(e) en :1877

Biographie

Théophile Gautier, né à Tarbes le 30 août 1811, mort à Neuilly, est issu d’une famille de petite bourgeoisie avec laquelle il s’établira rapidement à Paris à l'âge de 3 ou 4 ans.
Par la suite il voyagera beaucoup en Europe, Orient et Afrique.
Sa vocation initiale et son premier métier sont la peinture et c’est en peintre qu’il conservera les souvenirs de ses voyages. Il commencera a écrire peu avant 1829 ne se sentant pas doué pour la peinture sa plus belle critique étant "chic" de Rioult et devenant myope !

Mais ce jeune homme fait ses études au lycée Charlemagne où il y croise Gérard de Nerval qui devient son « pote » et Pétrus Borel qui lui présente Victor Hugo le 27 juin 1829 qui lui donne le goût de la littérature.
Théophile est surnommé « Le bon Théo » tellement il se fait de potes (rencontres du "Petit Cénacle") ! Il mène une vie de bohème.
Mais voilà, Hugo avec sa pièce « Hernani » engage la bataille poétique contre les bourgeois adeptes du classique dans le théâtre en imposant le romantisme tel Shakespeare qui prône la dualité et le contraste de la nature humaine : le tragique ou le sublime et le comique ou le grotesque. La préface de Cromwell met le feu aux poudres et Théophile, fervent fanatique, commande le tiers des troupes d’Hugo arborant un gilet rouge flamboyant !

« La bataille d’Hernani » débute le 25 février 1830 et à la première présentation, les deux camps passent du verbe aux mains.
Théophile Gautier est romantique ! Pas pour longtemps, en 1834 sa préface de « Mademoiselle de Maupin » déclenche sa guerre au romantisme dont il gardera quelques signes distinctifs et vestimentaires : les cheveux longs et le non-respect des couleurs de l’habit classique de l’époque. Il se fera remarquer, en surveillant d’un œil malin les passants médusés, avec des gants jaunes et son pourpoint noir !

Théophile Gautier crée les nouveaux poètes : les parnassiens, ceux-ci écrivent dans la revue « Le Parnasse Contemporain » (il en existe trois volumes publiés en 1866, 1871 et 1876)
Le devoir du parnassien se résume en six points :
- on ne raconte pas sa vie à longueur de rime
- ni politique ni morale
- ignorer le monde moderne avec ses excès et ses outrances
- respect du vers et de la forme
- pratiquer l’art pour l’art
- culte de la beauté
Le parnassien n’est d’accord avec rien, son habit affiche ses idées, il fait parti des « Jeunes-France » Un punk, un yéyé, un babacool ? Pas loin !
Mais la poésie ne paye pas, pour vivre il se fait journaliste et critique d’arts de sa plume franche et, après 1200 articles, en 1852 il devient poète déclaré !
« Emaux et Camées » est son œuvre majeure. Depuis Hugo, Théophile n’a cessé d’écrire, il restera malgré les apparences romantique dans l’âme.

Avec ses œuvres comme exemple, Leconte de Lisle, Flaubert et Baudelaire le prendront comme modèle.

Quand on fait une recherche sur Théophile, quelques dates se croisent et diffèrent, je me demande bien pourquoi et justement pourquoi Victor Hugo a écrit ces quelques vers pour le tombeau de Théophile alors que celui-ci lui déclarait une autre guerre au romantisme 4 ans après avoir été un de ses plus fidèles maréchaux, Hugo l’ayant fait renaître poète :

« Ami, poète, esprit, tu fuis notre nuit noire.
Tu sors de nos rumeurs pour entrer dans la gloire,
Et désormais ton nom rayonne aux purs sommets. »


Ses œuvres sont : ci-après, classées sous forme de recueils, on y trouvera ses "premières poésies comme ses Dernières..."
Premières Poésies et Albertus paraissent en 1833
Mademoiselle de Maupin en 1835
La Comédie de la Mort en 1838
Espana en 1845
Emaux et Camées en 1852

Christian A. et "La littérature française pour les nuls"


Ses poèmes

 TITRE Date
 A de beaux yeux verts A de beaux yeux verts

Vous avez un regard singulier et charmant ; Comme la lune au fond du lac qui la reflète,...
[0] [0] 27/12/09
 A travers les soupirs, les plaintes et le râle A travers les soupirs, les plaintes et le râle

A travers les soupirs, les plaintes et le râle Poursuivons jusqu'au bout la funèbre spirale...
[0] [0] 27/12/09
 Adieux à la poésie Adieux à la poésie

Allons, ange déchu, ferme ton aile rose ; Ôte ta robe blanche et tes beaux rayons d'or ;...
[0] [0] 27/12/09
 Albertus LXXII Albertus LXXII

Malheur, malheur à qui dans cette mer profonde Du coeur de l'homme jette imprudemment la sond...
[0] [0] 27/12/09
 Albertus, I Albertus, I

Sur le bord d'un canal profond dont les eaux vertes Dorment, de nénufars et de bateaux couver...
[0] [0] 27/12/09
 Albertus, II Albertus, II

Confort et far-niente ! - toute une poésie De calme et de bien-être, à donner fantaisie...
[0] [0] 27/12/09
 Albertus, LX Albertus, LX

Un front impérial d'artiste et de poëte, Occupant à lui seul la moitié de la tête, Lar...
[0] [0] 27/12/09
 Albertus, XLIX (Amour) Albertus, XLIX (Amour)

Amour ! le seul péché qui vaille qu'on se damne, - En vain dans ses sermons le prêtre te cond...
[0] [0] 27/12/09
 Au bord de la mer Au bord de la mer

La lune de ses mains distraites A laissé choir, du haut de l'air, Son grand éventail à...
[0] [0] 27/12/09
 Baiser rose, baiser bleu Baiser rose, baiser bleu

À table, l'autre jour, un réseau de guipure, Comme un filet d'argent sur un marbre jeté,...
[0] [0] 27/12/09
 Camélia et Pâquerette Camélia et Pâquerette

On admire les fleurs de serre Qui loin de leur soleil natal, Comme des joyaux mis sous...
[0] [0] 27/12/09
 Carmen Carmen

Carmen est maigre - un trait de bistre Cerne son oeil de gitana ; Ses cheveux sont d'u...
X X [9] [2] 27/12/09
 Diamant du coeur Diamant du coeur

Tout amoureux, de sa maîtresse, Sur son coeur ou dans son tiroir, Possède un gage qu'i...
[0] [0] 27/12/09
 Etoiles , qui d'en haut voyez valser les mondes Etoiles , qui d'en haut voyez valser les mondes

Étoiles, qui d'en haut voyez valser les mondes, Faites pleuvoir sur moi, de vos paupières blo...
[0] [0] 27/12/09
 J'ai dans mon coeur... J'ai dans mon coeur...

J'ai dans mon coeur, dont tout voile s'écarte, Deux bancs d'ivoire, une table en cristal,...
[0] [0] 27/12/09
 J'ai laissé mon sein de neige J'ai laissé mon sein de neige

J'ai laissé de mon sein de neige Tomber un oeillet rouge à l'eau. Hélas ! comment le r...
[0] [0] 27/12/09
 L'Art (après l'article de T. de Banville) L'Art (après l'article de T. de Banville)

Théodore de Banville qui écrivait ce qui suit pour Théophile Gautier (sa réponse est un manifeste : ...
[0] [0] 27/12/09
 La fleur qui fait le printemps La fleur qui fait le printemps

Les marronniers de la terrasse Vont bientôt fleurir, à Saint-Jean, La villa d'où la vu...
[0] [0] 27/12/09
 La mort est multiforme La mort est multiforme

La mort est multiforme, elle change de masque Et d'habit plus souvent qu'une actrice fantasqu...
[0] [0] 27/12/09
 Le Spectre de la Rose Le Spectre de la Rose

Soulève ta paupière close Qu’effleure un songe virginal! Je suis le spectre d’une rose...
X [5] [1] 27/12/09
 Le poète et la foule Le poète et la foule

La plaine un jour disait à la montagne oisive : " Rien ne vient sur ton front des vents toujo...
[0] [0] 27/12/09
 Les yeux bleus de la foule Les yeux bleus de la foule

On trouve dans les monts des lacs de quelques toises, Purs comme des cristaux, bleus comme de...
[0] [0] 27/12/09
 Me voilà revenu de ce voyage sombre Me voilà revenu de ce voyage sombre

Me voilà revenu de ce voyage sombre, Où l'on n'a pour flambeaux et pour astre dans l'ombre...
[0] [0] 27/12/09
 Noël Noël

Le ciel est noir, la terre est blanche ; - Cloches, carillonnez gaîment ! - Jésus est ...
[0] [0] 27/12/09
 Pluie Pluie

Ce nuage est bien noir : - sur le ciel il se roule, Comme sur les galets de la côte une hou...
[0] [0] 27/12/09
 Préface de Mademoiselle de Maupin (1834) Préface de Mademoiselle de Maupin (1834)

En vérité, il y a de quoi rire d'un pied en carré, en entendant disserter messieurs les utilitaires ...
[0] [0] 27/12/09
 Sérénade Sérénade

Sur le balcon où tu te penches Je veux monter... efforts perdus ! Il est trop haut, et...
[0] [0] 27/12/09
 Symphonie en blanc majeur Symphonie en blanc majeur

De leur col blanc courbant les lignes, On voit dans les contes du Nord, Sur le vieux R...
[0] [0] 27/12/09
 Un jour Un jour

Un jour, au doux rêveur qui l'aime, En train de montrer ses trésors, E...
[0] [1] 13/05/11
 Villanelle Villanelle

Quand viendra la saison nouvelle, Quand auront disparu les froids, Tous les deux nou...
[0] [0] 27/12/09







Il y a actuellement 17 visiteurs sur le site !

MEMBRES CONNECTES ACTUELLEMENT  [0]:

LES MEMBRES QUI SE SONT CONNECTES IL Y A MOINS DE 24H  [27]:
Rickways. Jenesuisrien. Anita. Jeannine B. Fanch. Lefebvre. Llumierelive. Joa. Lucie. Nostahrj. Tomto. Candlemas. Evemarie. Gerachau. Bismoun. Muserhode. Bebe. Joachim. La veuve noire. Guy. Bip. Arden. Aglae. Willy25. Sabrinnel. Boston-Stone. Abid44.
********
Contact
Copyright©Lespoetes.net
Tous droits réservés
Site déclaré à la CNIL sous le n°1023924

-> -> Voyages USA <- <-

teliad | Rank Better - Earn More